Lire : aux origines Retour

Adolphe et Félix Garrigou

Adolphe Garrigou devint célèbre essentiellement comme historien de la région de Tarascon et du pays de Foix. Il écrivit en particulier une Histoire des Populations Pastorales des Pyrénées et de nombreuses autres publications. Il s’intéressa aux nombreuses grottes qui se trouvent dans la région. Son fils, Félix, de son nom complet Joseph Louis Félix Garrigou se rendit célèbre à deux titres, comme médecin et comme hydrologue. Comme médecin il se spécialisa dans le thermalisme et devint professeur à la faculté de Médecine de Toulouse. Comme hydrologue il se passionna pour les grottes dont la région est truffée et s’intéressa à l’écoulement des eaux. Cet intérêt s’est manifesté par la création, par ses soins, du bassin d’eau qui couronne la colline derrière le château. Ce bassin est alimenté par une canalisation souterraine qui sort de la propriété et monte dans la montagne jusqu’à une source. Cette source ne s’est jamais tarie et fournît une eau particulièrement pure. L’eau qui sort du bassin descend dans le jardin dans une petite fontaine de rocaille décorée de stalactites et de stalagmites rapportées de ses excursions hydrologiques par Adolphe Garrigou. Actuellement cette fontaine est en attente de restauration.

Quelques archives ont permis de reconstituer l’histoire ultérieure de Fournier. Une fille d’Adolphe Garrigou épousa le Marquis de Benoist de la Prunarède et hérita du Château. Leur fils Henri de Benoist de la Prunarède en hérita à son tour. Il eut 4 enfants et c’est sa fille Germaine qui hérita du château, chaque succession ayant bien sûr, amputé la propriété d’une partie des terres avoisinantes. Germaine de Benoist de la Prunarède avait épousé Jean Marie René Vignal, un fonctionnaire de l’Administration coloniale et finalement, atteinte par l’âge, elle dut se séparer de la propriété qui fut acquise par Madame Lieberherr en 1975. Celle-ci a commencé des travaux de restauration, mais il a fallu attendre l’acquisition par la Famille Marie, pour que des restaurations et des rénovations puissent être entreprises à grande échelle. Actuellement la propriété couvre une surface de 2,2 hectares et ne comporte plus de terres cultivables.